Agir Abcd Reunion

Semaine gastronomique franco-indienne en Inde fin mars 2014

Cette mission, initiée par AGIR abcd, avait pour but de faire découvrir la gastronomie et la cuisine française aux Indiens de Pondichéry dans des hôtels partenaires.
Jean Hue, intervenant AGIR abcd de La Réunion, raconte.

Rentré ce mercredi soir, 23h , 9 avril à La Réunion, avec la surprise d’un temps beaucoup plus frais que dans le Sud de l’Inde d’où j’arrive. Deux mois sans une seule goutte d’eau ni un souffle de vent, températures au-dessus de 40° et qui vont encore augmenter jusqu'à la fin juin, 50°.
Ce séjour de deux mois fut agréable. Je m’étais donné le deal suivant : une grosse semaine par hôtel-restaurant participant au projet de la semaine gastronomique Indo/French culinary fin mars. Chaque établissement partenaire à proposé durant cette semaine un menu français qui à été mis au point par mes soins durant la semaine passée dans ces cuisines différentes. Celle-ci s’est terminée par de nombreuses manifestations, avec notamment tous les directeurs des Alliances Françaises de l’Inde et son secrétaire général venu de Paris
J’ai eu à préparer chaque midi le repas pour ces 25 personnes, le temps de cette semaine gastronomique, en finalité un déjeuner pour 90 personnes. Nous avons eu une coupure de courant de 10h à 12h30, avec l’expérience, « j’ai réalisé », ce fut un succès. Le soir en partenariat avec les restaurants, une soirée dinatoire dans les jardins de la maison Colombani, appartenant à l’Alliance Française, sur le bord du Golfe du Bengale avec 180 invités. Donc j’ai bossé, la passion est toujours présente. D’avoir été formateur dans une école hôtelière fait la différence, car transmettre n’est pas chose facile. De plus, avec l’anglais pratiqué en Inde, les premiers temps l’oreille à du mal, alors j’écrivais, on me répondait  : « Oui, c’est cela ! » avec de grands éclats de rire. Personnes rencontrées très agréables, avides de savoir, ce qui rassure, la gastronomie Française est reconnue dans le monde entier, elle est la base des cuisines.
La Gastronomie à la française à une excellente cote à l’étranger, certains essaient de proposer quelques plats Français, ce que recherchent les Indiens qui viennent en week-end à Pondichéry. J’ai donc eu à créer ou revoir des plats qui avaient dérivé de leur base et s’étaient » indianisés ». J’étais logé dans de jolis établissements, de belles maisons coloniales réhabilitées en hôtels.
La première semaine d’avril, 3 jours, j’ai tout de même été visiter les principaux lieux touristiques des environs, surtout des temples dédiées, dans le Tamil Naidu, à Shiva et à ses multiples réincarnations : Gingee, Mahabalipuram, Chidambaram. Derniers jours passés à Chennai (ex Madras) au Park Hôtel, superbe établissement dans cette ville de douze millions d’Indiens, Pondichéry n’en compte qu’un million deux cent mille. Tout est démesure dans ce vaste pays qui compte quinze langues officielles et un milliard trois cents millions d’âmes. Les klaxons sont l’aspect le plus dérangeant, plus que les vaches au milieu des chaussées.
C’est au Park Hôtel qu’ont été préparés deux diners, le lundi soir pour 25 VIP de la ville, dont le directeur de l’Alliance Française de Chennai, des industriels, etc. Mardi soir, 60 personnes avec un menu différent. Je crois avoir satisfait les hôtes, car ils l’ont manifesté. J’ai réalisé ce qui a été proposé en très peu de temps, sans connaitre les cuisines. L’Exécutive Chef qui m’a ouvert sa cuisine, m’a félicité, avec un « Merci Chef ! » Il y aura sûrement dans un avenir proche des suites à ces formations.
Me voilà sur notre caillou réunionnais pour quelques jours, avant mon départ pour la Métropole ce vendredi 18 avec un retour le 23 Juin, avant de m’envoler vers Maurice où je vais effectuer une formation pour le groupe Beachcomber via les Disciples d’Auguste Escoffier, du 30 au 16 juillet."

 

Pondichery